13e finale du Concours national de théâtre étudiant à Nancy et Tomblaine

Chaque année, d’octobre à mai, le concours national de théâtre étudiant est ouvert à tous les étudiants, quelle que soit leur filière. Porté par les Crous et organisé par le Crous Lorraine, il permet d’encourager et de valoriser la création étudiante dans le monde du Théâtre.

La finale du concours de théâtre

Les représentations des quatre troupes finalistes se dérouleront les 30 et 31 mai 2024 à Nancy au Théâtre de Mon Désert, ainsi qu’à Tomblaine au Théâtre de la Source. Ce temps fort culturel sera l’occasion de valoriser et récompenser les talents étudiants lors d’un événement d’ampleur porté par le Crous Lorraine au niveau national, en partenariat avec la Ville de Nancy et la commune de Tomblaine.

A l’issue de la délibération du jury national lors de la finale, les lauréats se verront attribuer des dotations financières :

  • 1er prix : 2 000 €
  • 2e prix : 1 000 €
  • 3e prix : 500 €
  • 4e prix : 250 €

Le lauréat du premier prix sera invité à jouer sur scène, avec le soutien du réseau des Crous au cours de l’année universitaire suivante.

13e finale du concours national de théâtre organisé par le Crous Lorraine à Nancy et Tomblaine

Les troupes de théâtre étudiants finalistes

Découvrez les troupes de théâtre finalistes et inscrivez-vous gratuitement à leurs représentations qui se dérouleront les 30 et 31 mai 2024 à Nancy au Théâtre de Mon Désert, ainsi qu’à Tomblaine au Théâtre de la Source.

La Communauté du Coeur – Jeudi 30 mai à 18h

Théâtre de la Source, Tomblaine

Crous Nantes – 45 min Compagnie Le Contre-Club,
Mise en scène : Stanley MENTHOR

C’est une journée d’accueil, tout le public est convié à intégrer la communauté du Coeur ! Dans la Communauté du Coeur, on croit à l’Amour, dur comme fer. On le prêche matin, midi et soir. L’assemblée-public découvre L et M, deux jeunes femmes nées au sein de la communauté. Elles n’ont jamais vu d’hommes de leur vie mais elles les connaissent par coeur, elles se préparent pour le jour où enfin prêtes, elles rencontreront un homme et l’épouseront. Madame, régente de leur éducation se plie en quatre pour faire d’elles des futures épouses parfaites et cela malgré les difficultés rencontrées avec L, qui commence à avoir quelques doutes sur la situation imposée.

La passion a un sein plus petit que l’autre – Jeudi 30 mai à 21h

Théâtre de Mon Désert, Nancy

Crous Lyon – 1h25 Compagnie Le Rire d’Ariane,
Mise en scène : Célia JAILLET & Mélodie FOURMEAUX

Les onze comédien-nes au plateau composent différents couples qui s’entrecroisent au gré de 25 scènes qui se font en solitaire, à deux, en couple, en groupe d’ami-es et même parfois au grand complet. Les intrigues se font la passe, se regardent, se nuancent, et la fin vient résoudre, bien ou mal, chacune des esquisses entrevues au début. Outre les problèmes universels que la pièce aborde -allant du rapport au désir aux violences sexuelles, de la pornographie à la place du discours- la psychologie complexe, surprenante et torturée des personnages est au fondement même de la narration.

Tous.tes un peu trop, en somme, avec leurs coeurs de boeuf accrochés au pied, et dont on décide à pile ou face lequel sera écrasé, leurs chronomètres angoissés, leurs promesses à l’éternité, leurs pages de dictionnaires arrachées, leurs décisions de se marier mais de se marier sans mariée, leur caméra et leur trépied, leurs larmes dans des seaux versées…et dans ce petit monde de grands encore petits, où chacun.e nuance l’autre par son extrémité, où chacun.e incarne un trait poussé en lui à outrance, se dessine un corps de passion, déséquilibré mais qui tient debout, avec son sein plus petit que l’autre car il est humain. Et ce corps se meut, dans différentes atmosphères qui se succèdent au gré des couleurs et des sonorités, musique techno, simplicité d’une flûte alto nue sur le plateau ou rock alternatif pré-enregistré, et souvent les oxymores apprennent à faire la paix dans un capharnaüm de cynisme délicat, de lyrisme endolori et de philosophie en blouse scientifique. Et souvent, ça résonne.

Cortège(s) – Vendredi 31 mai à 18h

Théâtre de la Source, Tomblaine

Crous Lyon – 1h15 Compagnie Les Rougiliants,
Mise en scène : Guillaume MATUZESKY

La nuit tombe sur une journée de grande manifestation. La scène est éclairée par le gyrophare bleu d’un camion de pompier. La foule forme un cercle tenu à distance. Les secouristes tentent de réanimer Marion, lycéenne. Sans succès.
La pièce se tisse à partir de cette scène inaugurale : le lieutenant Meurey est habitué à gérer ce genre de situations, mais Marion a l’âge de sa fille ; Viviane, la mère de Marion, va devoir affronter la tragédie ; le proviseur Amblard, qui rêve de partir à Arcachon, fait face au mouvement social ; les amies de Marion veulent honorer sa mémoire dans la lutte ; le secrétaire général de la Préfectoure de Police de Paris remet en question le sens de son engagement professionnel ; Reda, le petit-ami de Marion, se débat face au flot médiatique ; Charlotte, la journaliste engagée veut mettre en lumière cette affaire sans tomber dans le sensationnalisme.

Une erreur s’est produite lors de votre envoi. Veuillez vérifier les champs ci-dessous.

    Quatre actrices et les autres – Vendredi 31 mai à 21h

    Théâtre de Mon Désert, Nancy

    Crous Montpellier – 50 min Collectif En Attendant La Foudre,
    Mise en scène : Pauline AUZURET

    Quatre actrices-chercheuses se questionnent autour de la figure de la femme suicidée. Elles s‘en tiennent à ce corpus: Sylvia Plath, Dalida, Sarah Kane et Romy Schneider. Elsa, Emma, Florine et Clara se replongent alors dans l‘oeuvre de ces femmes – leurs textes, leurs films, leurs chansons – mais aussi dans leurs vies et leurs drames. Par l‘incarnation, la schématisation, le re-enactement et la projection d‘archives, les actrices utilisent leurs outils pour entrer en confrontation, en communion avec ces figures, ces femmes, ces fantômes. A la recherche d’un rôle ? D’un spectacle ? D’une lignée ? Elles ne savent pas vraiment, ainsi, elles oscillent dans le fantasme, la mystification, et l‘envie de ‘bien représenter‘. L‘envie de mourir devient vertigineuse et à mesure de la répétition, les fantômes contaminent leurs hôtesses.

    Une erreur s’est produite lors de votre envoi. Veuillez vérifier les champs ci-dessous.

      Les lauréats du concours national de Théâtre 2023/2024

      • 1er prix : QUATRE ACTRICES ET LES AUTRES – collectif En attendant la foudre, rattaché au Crous Montpellier Occitanie.
      • 2e prix : CORTÈGE(S) – compagnie Les Rougiliants, rattachée au Crous Lyon.
      • 3e prix : LA PASSION A UN SEIN PLUS PETIT QUE L’AUTRE – compagnie Le rire d’Ariane, rattachée au Crous Lyon.
      • 4e prix : LA COMMUNAUTÉ DU COEUR – compagnie Le Contre-Club, rattachée au Crous Nantes Pays de la Loire.